d’hiver

Le plus déprimant, si on y fait bien attention, c’est que dans 6 mois les jours racourcissent.

Janvier : le Cercle des Citoyens de Mont de Marsan (café associatif actif et sympathique) m’a proposé d’exposer des photos – oui, puisque j’essaie de faire des, pardon, de la photo. Alors donc exposition en janvier et février, photos noir&blanc, genre :

mdm-2013-animal-13

Vernissage le samedi 10 janvier, heure à préciser, on essaiera de proposer un grignotage… et comme on ne se refait pas, je prendrai la guitare douze cordes pour un mini-concert. Grande première, à vrai dire.

24 janvier, Cestas près de Bordeaux, grande deuxième du duo avec Marie-Anne Mazeau. A domicile. Soiré privée, en quelque sorte, mais tout peut s’arranger…

En février, à part une date vers Toulouse avé Alain Sourigues le mardi 3, travail travail travail (en janvier aussi, mais janvier c’est janvier). Ah oui, grande troisième avec Marie-Anne Mazeau, à Belin-Beliet cette fois, le samedi 28. A domicile, mais tout peut s’arranger…

Après, c’est mars, à suivre (c’est à dire que le 21, à la médiathèque du Marsan, instanciation des Espaces Sonnants et Trébuchants, finalisation de ce que février comprenait de « travail travail travail »).

Le printemps dans 3 mois, ça s’arrose.

 

 

en octobre, en plein coeur de l’automne (hum)

Déjà la fin du mois d’octobre, les journées sont chaudes et les nuits fraîches, les concerts se suivent et ne se ressemblent pas…

Trenet : le concert dessiné (alternative : le BD concert) en compagnie de Jean Harambat se déroule bien, comme on dit d’un tapis ou d’une nappe sur la grande table du Grand Café (chanson n°5 du spectacle). Dates en médiathèques (Grenade, Sainte-Marie de Gosse, Hagetmau, Magescq, accueils impeccables), à venir en salle de spectacle à Villeneuve de Marsan (29 novembre), à Aire/Adour le 7 décembre dans le cadre d’un salon de la BD.

Et toujours ce compliment qui revient (restons modeste) : « au début on n’était pas chaud, Trenet pas trop notre tasse de thé (une réputation de chansonnettes, peut-être, qui lui colle/collait au basques), mais grâce à votre spectacle on a pu l’entendre d’une manière différente, intéressante. »

Satisfaction (instantanée, ne pas s’arrêter au satisfecit). En tout cas validité du projet.

Samedi 25 octobre, premier concert en accompagnement de Marie-Anne MAZEAU, concert organisé par et autour de la poétesse Claire-Lise Charbonnier (MAM chez CLC, trouver la coïncidence…). Nouvelle collaboration, des traces sonores et visuelles viendront bientôt, le problème étant davantage dans la conception de ce site qui ne me permet pas facilement d’exposer les différentes aventures qui m’habitent. Ou que j’habite, au choix.

Vendredi 31 octobre, premier concert (encore ?) avec le groupe GOMAR, au style baptisé de « folk atmosphérique trip-hop ». Rien que ça. Batterie, violoncelle, guitares, voix, banjo (et oui), basse synthé, et quelques instruments d’enfants. Magneto de Bayonne, puis Capbreton (le Swingum) le 8 novembre.

Sourigues en Novembre, en Gironde, en suivant.

On revient sur tout ça, mais quand on aura le temps.

… et on reparlera des Espaces Sonnants et Trébuchants, rendez-vous le 21 mars à la médiathèque du Marsan…

hop

 

Concerts à venir

Tenons nous, au courant…

29 mai, trio Sourigues, Benquet dans les Landes, Festival Atout Coeurs. À 5 km de chez soi, ça change de la Suisse…

(on dit « bin-quet », hein)

5 juin : expérience expérimentale, tellement expérimentale que je ne sais pas encore ce que je vais jouer, mais on va le jouer, l’AIAA, collectif d’artistes sis à Roquefort dans les Landes, m’a proposé une page blanche à l’occasion d’une exposition organisée à Mont de Marsan dans les Landes, l’artiste invitée est Prunelle Giordano, de Bayonne. Tout ça se passe au musée Dubalen (si on dit « binquet », on dit « dubalin » ?) de Mont de Marsan, l’expo du 30 mai au 15 juin, mon concert le jeudi 5 juin, donc, tiens, oui, d’ailleurs, à quelle heure ? 18h30 ? 19h ?

j’ai décidé d’appeler le projet « Espèces Sonnantes et Trébuchantes« , comme un point cardinal vers l’EST, et puis ça va forcément trébucher, sonner, mais c’est gratuit, les prochains (?) s’appelleront « Métafi(c)tions Méditaziques », c’est dire.

Guitare (Telecaster Dupont) préparée (une façon de dire que j’aurai changé les cordes), ordi, MIDI, MAX/MSP, forcément un moment de 12 cordes. Si tout va bien, spatialisation du son sur 4 enceintes.

… et la musique ?

– et la musique.

(voir la rubrique « divers » et écouter le premier extrait. C’est à l’EST)

19 juillet : trio Sourigues à Romorantin, là-haut autour de la Loire.

27 juillet : solo Jules BOX, à Sore dans les Landes, dans le cadre du festival Cinémaginaction.

11 et 14 août : trio Alexandra Hernandez à Saint-Aubin en Normandie (la Haute). Festival Franco-Acadien.

16 août (et sans d’août se prolongeant les 17 et 18 vers Montélimar grâce au « RÉSEAU ») : trio Sourigues, quelque part en Ardèche. Franchement, se réveiller le 15 août mâtin en Normandie et devoir se retrouver le 16 août en Ardèche, ça va être coton….

23 août : duo Là-Bas avec Paula de Oliveira, au festival « 40 en Paires » de Mugron dans les Landes.

Pour la rentrée, on verra. Septembre, relâche, octobre Sourigues et Trenet le concert dessiné.15

 

Boum : Trenet le concert dessiné à la Médiathèque du Marsan

affiche-trenet-concert-dessiné-lightSuccès « immédiat » pour le concert dessiné autour de Charles TRENET organisé par la Médiathèque du Marsan, le 18 janvier 2014, à l’auditorium de Mont de Marsan. Salle pleine, très forte attention du public, suspendu aux traits de crayons de Jean Harambat, bon, un peu aussi à la musique et aux paroles, si je peux me permettre…

Voir des gens à l’issue du spectacle venir me dire tout le plaisir qu’ils ont eu à ré-entendre « Vous qui passez sans me voir » qui était l’air préféré de leur père, « Que reste-t-il de nos amours », « La Mer », évidemment… Il y avait AUSSI des gens qui l’avaient écouté dans leur jeunesse, et qui avaient ressenti une émotion qu’ils souhaitaient me communiquer. Touchant. Touché.

Boum.

 

le grand café 2

Après tout ce travail effectué chez soi, depuis plusieurs mois, d’abord en écoutant les chansons décidées par Jean – avec une participation personnelle, d’accord -, en en cherchant les accords, en en mémorisant la mélodie, puis en essayant de les « oublier » pour qu’elles reviennent plus personnelles, voire transformées, et finalement travailler l’ensemble des vingt et une chansons – au début quelle fatigue arrivé à la douzième ou treizième ! – et le donner enfin au public avec les dessins de Jean, ce qui est gratifiant c’est de constater que ÇA MARCHE, que le plaisir (et avec lui plein d’autres sentiments mêlés) qu’on sentait à interpréter ces chansons est PASSÉ au public.

Inestimable, à refaire… et un grand merci à la Médiathèque (Sarah…)